Inscriptions et représentations du temps : l’art dit-il le contemporain ? Nayla Tamraz

20,00

Inscriptions et représentations du temps : l’art dit-il le contemporain?

Nayla Tamraz

L’on doit beaucoup à Proust une certaine vision de l’art.  Marcel Proust explique effectivement dans Le Temps retrouvé que seul l'art donne accès à une éternité qui vit en nous. L’art permet donc une certaine expérience, subjective certes, du temps. Or si, dans l’expérience subjective qu’on en a, l’art est éternité, il n’en demeure pas moins qu’il est un objet qui contient du temps, qui enregistre le temps, et comme tout objet en somme, l’art c’est du temps. D’autre part, si l’art est éternité, comment comprendre le fait qu’il puisse dire son temps, ce moment, que Baudelaire appelait « fugitif », que nous appelons « contemporain », soumis à une temporalité historique ? Il apparaît donc d’emblée que dans son rapport au temps, l’art, sans doute plus que n’importe quel objet, en raison même des idéologies qui lui préexiste, est le lieu d’une spéculation. Que l’art soit à la fois dans le transitoire, le fugitif, le contingent, et aussi dans l'éternel et l'immuable, ce n’est pas forcément incompatible, Baudelaire l’avait pressenti. Les grandes œuvres le montrent, toutes celles qui, tout en jetant un regard sur le contemporain, sont parvenues à être des œuvres atemporelles. Mais qu’est-ce donc cette contemporanéité dont nous parlons ? « Le contemporain est l’inactuel » répond Roland Barthes, résumant ainsi, dans une note à ses cours au Collège de France, les propos de Nietzsche (les « Considérations inactuelles », 1874). Comment l’art dit-il le temps ? Comment dit-il le contemporain ? S’en écarter, est-ce encore la dire ? Ce webinaire tentera de répondre à ces questions.

Les bénéfices seront reversés au Fonds de soutien des étudiants du département de Lettres françaises de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth

Samedi 9 janvier

GMT : 14h, Paris : 15h, Beyrouth : 16h, Dubaï : 18h

Durée du webinaire : 90 minutes

Nayla Tamraz est professeure de littérature et d’histoire de l’art à l’Université Saint-Joseph à Beyrouth où elle a dirigé, entre 2008 et 2017, le département de lettres françaises. En 2010 elle a créé et lancé, dans la même université, le programme de master et de doctorat en critique d’art et curatoriat qu’elle dirige actuellement. Sa pratique parallèle de critique d’art et de commissaire d’exposition l’a menée à curater un certain nombre de manifestations dont l’exposition « Poetics, Politics, Places » qui eut lieu au Musée des Beaux-Arts de Tucuman, en Argentine, dans le cadre de la biennale internationale d’art contemporain d’Amérique du Sud (Bienal Sur). Ses publications portent sur les problématiques relatives à une théorie et une esthétique comparées de l’art et de la littérature, ainsi qu’à leur mise en contexte historique, ce qui la conduit à s’intéresser aux questions de l’histoire, de la mémoire et du récit dans la littérature et l’art du Liban de l’après-guerre. Ses recherches actuelles explorent les liens entre poétique et politique ainsi que les représentations liées à la notion de territoire.

Informations complémentaires

Date et heure

Samedi 9 janvier

GMT : 14h, Paris : 15h, Beyrouth : 16h, Dubaï : 18h

Durée du webinaire : 90 minutes

Tarif

20€
Tous les tarifs sont hors-taxes (HT).
Si vous êtes résident dans l'Union européenne, la TVA sera rajoutée au montant total

40.000LL pour les personnes résidant au Liban (contacter Karl Akiki par e-mail karl.akiki@usj.edu.lb ou au 03436536)

Les bénéfices seront reversés au Fonds de soutien des étudiants du département de Lettres françaises l’Université de Saint-Joseph de Beyrouth

Formateur

Nayla Tamraz est professeure de littérature et d’histoire de l’art à l’Université Saint-Joseph à Beyrouth où elle a dirigé, entre 2008 et 2017, le département de lettres françaises. En 2010 elle a créé et lancé, dans la même université, le programme de master et de doctorat en critique d’art et curatoriat qu’elle dirige actuellement. Sa pratique parallèle de critique d’art et de commissaire d’exposition l’a menée à curater un certain nombre de manifestations dont l’exposition « Poetics, Politics, Places » qui eut lieu au Musée des Beaux-Arts de Tucuman, en Argentine, dans le cadre de la biennale internationale d’art contemporain d’Amérique du Sud (Bienal Sur). Ses publications portent sur les problématiques relatives à une théorie et une esthétique comparées de l’art et de la littérature, ainsi qu’à leur mise en contexte historique, ce qui la conduit à s’intéresser aux questions de l’histoire, de la mémoire et du récit dans la littérature et l’art du Liban de l’après-guerre. Ses recherches actuelles explorent les liens entre poétique et politique ainsi que les représentations liées à la notion de territoire.